La Déclaration d’Utilité Publique (DUP) en vue de la requalification de la Voie royale ou RD 910 (« notre » avenue Roger-Salengro) date du 14 septembre 2020. Le projet se déroule sous l’égide du département puisque la 910 est… une route départementale.
Dans ce projet la chaussée automobile est ramenée à une voie dans chaque sens sur la quasi-totalité du parcours, bus compris et les arrêts des bus se font sur la voie (les automobiles roulant désormais au pas du bus), les trottoirs sont élargis et des aménagements cyclables sont créés majoritairement sur ou à proximité immédiate des trottoirs, et enfin, de nombreux arbres sont coupés.

Quelles sont les conséquences de la DUP ? Tout simplement que désormais le projet est quasiment figé puisqu’il a coché toutes les étapes : concertation avec les élus de Sèvres et de Chaville, consultation des commerçants, des associations…, remise du projet sur le métier avant l’enquête publique qui s’est tenue en octobre-novembre 2019, puis rapport du commissaire enquêteur (5 décembre 2019) qui demande que certains points soient réétudiés ou vérifiés.

Nous, Association Chaville Écologistes, ne sommes pas favorables au projet en l’état. Nous avons d’ailleurs soutenu le recours gracieux adressé au préfet des Hauts de Seine par la municipalité le 19 octobre, courrier sans réponse à ce jour à notre connaissance.
Pourquoi sommes-nous opposés au projet ? Parce que celui-ci est obsolète avant même que le premier pavé n’ait été posé. Et ceci en raison de la lourdeur des procédures des marchés publics (les premières réunions de concertation se sont tenues en 2016 mais le projet était dans les tuyaux depuis longtemps). Obsolète car la lutte contre le changement climatique est devenue une urgence absolue. Obsolète car le projet prévoit l’abattage de nombreux arbres. Obsolète car, alors que toutes les villes cherchent à diminuer la circulation automobile, alors qu’au niveau de la région Ile-de-France se profile le projet de RER V valorisant l’usage du vélotaf, à Chaville les pistes seront sur les trottoirs.

Que répond le Conseil départemental à ces critiques ?

  • Que de nombreux arbres seront replantés et qu’il y en aura plus après. Oui mais … un arbre ça ne pousse pas en un clin d’œil comme dans Le domaine des dieux, et plus personne n’ignore l’importance des arbres en milieu urbain pour lutter contre les îlots de chaleur.
  • Qu’il va faire des efforts pour élargir la piste cyclable partout où c’est possible et pour travailler sa visibilité (revêtement de couleur différente, chanfrein…). Oui mais le risque d’emportiérage reste important, oui mais nous avons l’exemple de Viroflay où les pistes sur les trottoirs sont inutilisables, oui mais quid des ruptures de niveau, de la présence de nombreuses portes charretières…, oui mais les vélotaffeurs utiliseront-ils ces trottoirs alors qu’ils roulent souvent à vive allure, menaçant ainsi les piétons, oui mais le projet du département est incompatible pour sa partie chavilloise avec les normes du RER V.

Pour l’association Chaville Ecologistes, il y a aujourd’hui trois options :

  1. Se désolidariser franchement du projet et ne participer à aucune consultation
  2. Accompagner franchement le projet actuel pour l’améliorer en créant par exemple un atelier participatif ad hoc sur Sèvres et Chaville
  3. Proposer un projet totalement alternatif : un projet de rénovation à moins de 10M€ (au lieu de 55M€ prévus)
        a. Pérennisation et amélioration de coronapistes
        b. Réfection à la marge des trottoirs dans le respect des arbres existants
        c. Projets écologiques participatifs locaux
        d. Réaffectation des sommes économisées au social, au soutien des commerces, isolation thermique, etc…

Les membres de l’Association Chaville Ecologistes qui se sont d’ores et déjà prononcés sont unanimement favorables à l’option 3. Les associations Chaville Environnement et La ville à vélo ainsi que Val-de-Seine-vert se sont déjà déclarées contre le projet du département, nous espérons qu’elles seront rapidement rejoints par une mobilisation associative et populaire.

Vous pouvez également consulter l’avis du MRAe sur le sujet.


Partager sur vos réseaux