Les élues de la commune disposent désormais d’insignes mentionnant leur fonction féminisée. Une initiative peu commune.

Extrait d’un article du Parisien…

C’est un symbole de 15 mm de diamètre. Un petit geste pour l’égalité entre élu et élue réalisé par le conseil municipal de Chaville qui, jusque-là, remettait à chacun des insignes de boutonnière portant la mention « conseiller municipal » ou « maire adjoint ». Y compris pour les femmes.
Une période révolue depuis l’installation de la nouvelle équipe municipale. La ville s’est dotée de pin’s mentionnant la fonction au féminin, présentés comme une première en France.
Lors du conseil municipal d’installation, le 15 juillet dernier à Chaville, le cérémonial républicain a consisté, comme partout, à la remise de l’écharpe tricolore et de cet insigne de boutonnière. Mais ce 15 juillet, Monique Couteaux, élue d’opposition, prend à partie le premier adjoint chargé de distribuer les attributs municipaux, Hervé Lièvre. Elle réclame des insignes féminins.

« Mon sang de féministe égalitaire n’a fait qu’un tour, et l’idée était lancée, sourit le premier adjoint. Mais je me suis heurté au refus d’une douzaine de fournisseurs, qui n’avaient jamais entendu parler de cela. »

Bien sûr, ce n’est qu’un symbole, mais parfois il faut en passer par les symboles pour faire bouger les lignes. »
Le maire adjoint est également convaincu de la démarche. « Quelques lexicologues amateurs sont venus nous dire qu’il n’y a pas lieu de féminiser une fonction mais je ne rentre pas dans ce degré de débat, balaye Hervé Lièvre. Cela me semble aller dans le sens de l’époque. C’est important que les élues qui le souhaitent puissent porter cet insigne. Ou pas d’ailleurs, on ne leur a pas retiré ceux qui sont masculinisés ! »
Un « petit geste » pour rendre la place de la femme visible…


Partager sur vos réseaux